1 mois ! Déjà 1 mois de mission

Déjà 1 mois

Le premier pas sur le territoire tchadien c’était le 16 septembre 2019 – déjà un mois, accueilli par la chaleur de N’Djaména pour démarrer cette folle aventure qu’est le Volontariat de Solidarité Internationale.

Après quelques jours, le cap de la chaleur et de la transpiration était passé. La méthode ? Se dire que si même les tchadiens transpirent à grosses gouttes, il est inutile de de s’attendre à ne plus avoir chaud et à ne plus transpirer, autant laisser couler !

Après ce premier cap, place à ce premier mois en tant que volontaire, premier mois qui a été très chargé.

Un mois en tant qu’assistant technique de Moustagbal

Toute bonne intégration dans une entreprise commence par la rencontre des autres salariés. Avec plus de 60 salariés et ma capacité légendaires à retenir les noms, il va me falloir quelques mois pour être au point.

Les premières semaines ont principalement été ponctuées en 3 temps : rencontres, lecture et réunions.

Comme lors de mes premiers jours à N’Djaména, j’ai pu rencontrer beaucoup de monde : des partenaires, des membres d’autres ONG intervenant dans la région, des officiels, des politiques… Quelques noms supplémentaires à retenir. On en parlait la dernière fois, le relationnel est très important au Tchad. Même si c’est pour 2min, prendre le temps d’aller saluer ses connaissances est indispensable.

Je me suis également plongé dans les rapports des projets gérés par Moustagbal, et ils sont nombreux. Résilience, Education, Sécurité Alimentaire, Nutrition, Professionnalisation, Pastoralisme, etc. Les sujets sont variés et plus qu’intéressants. On y reviendra ensemble dans quelques temps 🙂

Pour finir, j’ai eu la chance de découvrir les réunions à la tchadienne. Pour résumer, il vaut mieux prévoir plusieurs jours pour une « petite réunion », surtout quand celle ci a lieu à N’Djaména (il faut compter 7h de route pour rejoindre N’Djaména depuis Mongo). Cela me donne un premier aperçu de comment s’organisent les temps d’échange sur les projets, les restitutions, les questions/réponses, etc.

Réunion à la tchadienne
Au programme : 2 jours de réunion

Après tout cela, place à la pratique. Depuis quelques jours, je pars en brousse afin de visiter les différents projets, de voir les avancées, de rencontrer les communautés et les acteurs des projets, et d’avoir quelques explications supplémentaires suite à ce que j’ai lu sur les projets. La pratique est toujours plus parlante que la théorie. Je vous en reparlerai bientôt.

Un mois touristique

Parce qu’être volontaire n’empêche pas de faire un petit peu son touriste, afin de connaitre la ville et région qui vont m’accueillir pendant 2 ans. Et ça tombe bien, une association fait la promotion du tourisme dans la région du Guéra : GUERA TOURISTIQUE.

La première sortie touristique était à Moukoulou, pour la fête des récoltes. Vous vous souvenez ?

Officiellement, c’était la fête de la fin de la saison des pluies. Entre mon arrivée et cette fête, il n’avait quasiment jamais plu. Depuis cette fête, ça n’arrête pas ! 🙂

Le week end dernier, nous sommes reparti en vadrouille avec Guéra Touristique. La journée a commencé par une rencontre avec les nomades, qui ont établi leur campement dans les abords de Mongo pour quelques mois. Cela a été l’occasion de faire une petite balade à dos de dromadaire (mes fesses s’en souviennent !!). Nous avons ensuite assisté à une fête dans le village de Zerli, à quelques kilomètres de Mongo, avec un accueil plus que chaleureux et une initiation à la danse de la guerre (on n’a toujours pas très bien compris les pas mais on a dansé !)

Un mois « sportif »

Comment ne pas se motiver à aller courir quand vous êtes en pleine brousse après avoir fait 100m ? Le principal danger au Tchad est la fatigue, et là dessus tout le monde est unanime : « si tu es fatigué, tu attraperas le palu ! ». Si on pouvait attendre un petit peu, ça m’arrangerait.

Il ne faut donc pas trop forcer, attendre 17h, juste avant la tombée de la nuit, et enfiler les chaussures. Bon, il parait que ça marche aussi le matin mais le footing à 5h30, pour l’instant, ça passe pas.

Pour l’instant, il y a eu 2 sorties footing avec les colocs. Avec une petite récompense après : la canne de mil et sa sève sucrée. La technique pour la préparer est en cours d’apprentissage, grâce aux enfants des voisins.

Le mil
La récompense après la course

Au final : un mois à la tchadienne

Et c’est ce qui fait le plus de bien : changer de rythme.

Le rythme se cale sur celui du soleil : au lit à 20h30 – 21h maximum – pour un début de journée vers 6h. Ça fait une bonne nuit tout de même. Après 10 petite minutes de moto, la journée de travail commence aux environs de 7h30 et, pour l’instant, se termine vers 13h. Ce qui laisse largement le temps pour une petite sieste en début d’après-midi (étape obligatoire !). Bizarrement, l’adaptation à la sieste s’est fait très très rapidement.

Au final, tout ralenti. On prend le temps de se poser, de lire (déjà 3 livres de lus, ce qui ne m’était pas arrivé depuis très longtemps !), d’écrire, de faire la lessive, d’aller trier les arachides tout juste récoltées avec les voisins, d’aller au marché, de commencer à apprendre l’arabe, et surtout, de prendre le temps d’attendre.

L’aventure ne fait que commencer, et après un mois à Mongo, j’ai tellement hâte de découvrir, et de vous faire découvrir, ce que me réserve la suite de ce volontariat.

A suivre…

#MissionMoustagbal

Commentaires

  1. Baptiste G.

    Génial cette aventure, ça donne envie de venir !
    Félicitation pour avoir déjà lu 3 livres car c’est pas souvent que tu les finissais 😉

    1. Auteur
      de l’article
    1. Auteur
      de l’article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.